100 dieux pour un foyer

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Uncategorized
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Temps de lecture :2 min de lecture

Le 9 février 2005 : l'année du Coq

Depuis, le 9 février 2005, nous sommes entrés dans l’année du Coq. Dans la Chine d’antan, les fêtes du Nouvel An étaient les plus importantes. Elles duraient 15 jours. En termes de dépenses, seuls les mariages et les enterrements pouvaient rivaliser avec elles. À la veillée du Nouvel An, toute la famille se réunissait pour manger et jouer. Dans la maison décorée, un autel était dressé au Ciel et à la Terre, avec une image des 100 dieux. Des sentences parallèles collées sur les portes donnaient une atmosphère de fête. Sur les battants des portes, on collait des xylographies représentant les dieux des portes. À l’heure du rat (entre 23 heures et 1 heure du matin), les esprits venaient sur terre. On faisait alors des offrandes aux dieux : friandises, fruits secs et gâteaux. Enfin, l’image des dieux était brûlée, mais les offrandes étaient laissées, jusqu’au 15ᵉ jour (fête des lanternes). L’image des 100 dieux évoque l’esprit chinois, qui n’est pas exclusif en matière de divinités. C’est que, pour attirer la chance, il ne faut pas en oublier. Autour du Seigneur du Ciel, d’inspiration Taoïste, peuvent se greffer des saints du Bouddhisme et, pourquoi pas, d’autres religions. Récemment, un commerçant d’origine chinois nous a confié : “J’ai mis une statuette de la Vierge Marie dans mon magasin, ça marche très bien”.

Laisser un commentaire